Abonnez-vous au Blog

Saisissez votre adresse e-mail

Course à pied

Débat minimaliste

Un article publié sur Trimes (http://www.trimes.org/2016/10/courir-minimaliste-solution-tiers-dentre/) ce matin a aiguisé ma motivation pour écrire ce petit billet.

En effet, je suis lassé de devoir toujours constater les raccourcis fait par les lecteurs d’articles scientifiques. Pour remettre le contexte, le magazine parle d’une étude scientifique évaluant l’influence de la chaussure minimaliste sur le vertical loading rate (propagation de la force d’impact au sol) et l’adaptation gestuelle biomécanique lors de la course.

L’étude s’appuie sur un groupe de 51 coureurs habituellement chaussés de running « classique » dit maximaliste. La conclusion de l’étude montre un pourcentage restreint de coureurs (31%) dont les paramètres de course ont été modifiés par le chaussage.

Jusque là tout va bien. Sauf que voici la conclusion de l’auteur de l’article sur le site Trimes :

« Les chercheurs ont donc conclu que courir avec des chaussures minimalistes n’est pas un changement qui semble être suffisant pour changer les risques de blessure. Cela vient corroborer les récentes études qui appuient le fait que le coureur doit avant tout se concentrer à courir léger »

La conclusion est hâtive sur une étude de 51 sujets. Décortiquons tout ça:

L’ étude porte sur une population restreinte ne permettant pas de conclure à une généralité. Pourtant nous savons que :

Les chaussures changent la biomécanique naturelle (attaque talon) : méta-analyse portant sur 23 études.

2016-Tam, 2015-Hollander, 2015-Fredericks, 2013-Hall(SR), (2013-Chambon), 2013-Delattre(P), 2013-Mullen, 2012-Bertelsen, 2012-Williams, 2011-Lohman(RS), 2011-Vincent, Wegener 2011, Jenkins(R)-2011, Hamill 2011, Jungle 2010, Chen 2010, Jungers 2010, Lieberman 2010, Squadrone 2009, Kurz 2004, Bishop 2006, Divert 2004, Aguinaldo 2003, Dewit 2000

 

La population choisie ne fait pas la distinction entre coureur débutant et confirmé. Nous savons que :

Les chaussures augmentent  la vitesse de la force d’impact (vertical loading rate).

Divert 2004, Hamill 2011, Lieberman 2010

MAIS cela varie en fonction des sujets (expertise du coureur)

DeWit 2000, Clarke 1983

La conclusion de l’étude met en évidence une adaptation importante des coureurs au mécanisme de course à chaussure traditionnelle. Ce phénomène est très rarement rencontré chez le débutant, au contraire chez l’expert il est quasiment toujours présent. Il est beaucoup plus difficile pour eux de s’adapter aux chaussures minimalistes. Si l’athlète n’est pas blessé et ne veut pas augmenter ses performances, je déconseille le passage au minimaliste. Dans le cas contraire, la transition devra être progressive quitte à choisir des chaussures de transition.

Au lieu de conclure que le minimalisme ne convient pas à tout le monde, j’aurais plutôt écrit:

Un transfert vers le minimalisme augmente l’incidence des blessures si transition trop rapide (Protection et diminution du stress = fragilité tissulaire)

Giuliani 2011, Dicharry 2011 (UP), Leong-2010 (UP),) Allison 2012(P), Salzler 2012

Une adaptation mécanique est nécessaire avec un travail technique selon des principes simples.

Tout ceci pour vous faire comprendre que l’on ne peut pas tirer de conclusion générale d’une étude scientifique réalisée dans un contexte particulier avec des biais possibles. Les recommandations scientifiques sont réalisées sur des évidences à partir de plusieurs études validées.

Le minimalisme est source de débat futile par manque de connaissance scientifique. Prenez le problème dans l’autre sens et essayez de démontrer les biens faits du maximalisme. Je vous souhaite bonne chance………

Loïc Lepoutre.

Mots-clefs : minimalisme