Course à pied

Le Syndrôme de l’essui glace

 

Si il existe une pathologie dévastatrice chez nos runneurs adorés, c’est bien le syndrome de la bandelette ilio tibiale (SIBT) ou syndrome de l’essui glace.

Chaque année, 1 coureur sur 2 se blessent dans sa pratique sportive. Le genou est la zone articulaire la plus touchée.

Au centre de rééducation, le SIBT est la pathologie la plus fréquente notamment chez les débutants et les traiteurs. La douleur se situe sur la face externe du genou et apparait au bout d’un certain temps de course.

Les raisons sont multiples mais avant tout dues à une mauvaise quantification du stress mécanique:

augmentation brutale du volume d’entrainement et/ou de l’intensité (piste), augmentation du travail spécifique (descente de côtes).

Les causes physiologiques ont un impact secondaire par rapport à la QSM.

Elles sont:

  • une instabilité  de hanche (adduction de hanche)
  • très rarement une hyper pronation du pied
  • un déséquilibre musculaire (adducteur, quadriceps, ischio jambier)

 

Je le répète, mais régler ces troubles posturaux ne réglera en aucun cas  une mauvaise quantification du stress mécanique, responsable à 85% de la blessure chez le coureur.

Le premier réflexe en cas d’apparition des douleurs n’est pas la semelle orthopédique (action tertiaire) mais la diminution du volume, de l’intensité, de la descente de côte.

Puis ensuite après un repos de quelques jours (2 à 3 jours), vous devrez fractionner votre course toutes les minutes par de la marche. En effet, vous remarquerez que le SIBT n’existe pas dans les sports collectifs dont la caractéristique est la course intermittente.

L’alternance course marche est une bonne option à l’apparition des premiers symptômes afin de ne pas tomber dans arrêt complet.

Et enfin, le dernier conseil est de s’entrainer sur des terrains instables évitant ainsi l’aspect répétitif d’un mouvement inflammatoire.

Dans un même temps, le travail de correction des troubles posturaux interviendra accompagné d’un professionnel de santé.

Pour finir, l’ajout transitoire de semelle orthopédique pourra venir compléter le traitement en cas d’échec.

Je vous conseille dans tous les cas de vous rapprocher de votre professionnel de santé spécialisé dans la course à pied, qui vous prendra en charge en adoptant les bons réflexes.

Loïc Lepoutre

Mots-clefs : blessure